Le 155 ème Salon

Le Salon des Artistes d’Ile de France fête ses 155 ans d’exposition à Versailles


Du 17 au 29 Novembre 2020

au 

CARRÉ À LA FARINE

Place du Marché Notre-Dame

70 bis, rue de la paroisse 78000 VERSAILLES

Salon ouvert tous les jours de 12h à 19h (entrée libre)

   

Quelques dates clés

Vendredi 4 septembre 2020 : clôture des inscriptions

Lundi 16 novembre 2020 : dépôt des oeuvres de 10h à 13h au Carré à la Farine (aucun dépassement admis).

Mardi 17 novembre 2020 : ouverture du salon (tous les jours, de 12h à 19h).

[Date communiquée ultérieurement] : vernissage de 18h30 à 21h (ouverture exceptionnelle du salon à 13h).

Dimanche 29 novembre 2020 : retrait impératif de toutes les oeuvres de 18h à 20h (fermeture de la salle). 

 


 

LES INVITÉS D’HONNEUR

 

 


Frédéric Brigaud

Pour la première fois Versailles accueille l’univers onirique de Frédéric Brigaud.

Ses œuvres sont le fruit de vagabondages fabuleux ou de rencontres fortuites, elles sont habitées par le monde littéraire, plus rarement elles sont le reflet de l’actualité.

Tel Lewis Carroll, Frédéric Brigaud crée ses personnages comme le « Lapin très important « , il pratique l’humour grinçant et l’ambiguïté, ou bien il se les approprie comme Salomé de Richard Strauss,  ou « Marguerite en l’air » du Faust de Goethe ou encore «  Mab ,  la messagère »  de Shakespeare… 

Il n’y a pas de recettes pour décrypter ses œuvres, qui se lisent comme un rébus selon l’imagination de chacun.

Dans son atelier il modèle, moule,  puis il retouche la cire  après la fonte, ensuite il participe à la ciselure et à la patine en choisissant les nuances qu’il aime très colorées, introduisant une certaine polychromie.

Après un professorat de dessin, Frédéric Brigaud est admis à l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris. Puis il s’oriente vers la sculpture en travaillant les formes à partir du réel. Il est influencé par Zadkine, Henry Moore, Auguste Rodin et suit les ateliers de Couturier, Leygue et César. A la sortie des Beaux-Arts, il est pensionnaire de la Casa Velasquez à Madrid pendant deux ans. 

Remettant en cause les formes et l’expressionisme il privilégie une approche poétique s’inspirant de contes, de nouvelles telle « l’enfant d’éléphant » de Kipling et de récits bibliques.

Fort de l’agrégation d’Arts Plastiques, il enseigne le dessin et le modelage à l’ENSAAMA Olivier de Serre et participe à de nombreuses expositions tant de groupes, que personnelles.

 


 Jean-François OUDRY

Tel un architecte paysagiste il sculpte la nature de son pinceau créant des effets de perspectives, de plans d’eau de structures surnaturelles.

De formation des Arts Appliqués de Paris, Jean-François Oudry après le figuratif creuse depuis 20 ans le paysage. Il mixte l’huile et le pastel pour donner des effets aériens de lointains estompés.

Influencé par la tradition flamande, Van Eyck, Rembrandt, les arrières plans se placent en premier plan, l’irréalité en réalité par un souci de continuité. Le décor se transforme  en sujet dont le paysage devient une thématique en soi, ouvrant une fenêtre sur le monde végétal et minéral. 

De l’époque noir et blanc Jean-François Oudry fracture la nature dans une notion contemporaine de « vertitude » en jouant avec la lumière qui nuance la couleur. Il donne par l’héritage du passé une spatialité contemporaine en jouant avec la fluorescence des tons jaunes et des lointains bleutés pour retrouver un lien avec la plastique universelle.

Artiste peintre des Yvelines par son atelier de la vallée de Chevreuse, Jean-François Oudry enseigne aussi la peinture à la Celle-Saint-Cloud (78).